Coucou! Dans cet article, j’ai envie de partager avec vous mon semestre au Japon… Un moment riche en découvertes, en aventures, en remise en question et plein de surprises. Vivre, étudier, voyager au Japon est une expérience unique qui restera gravée à jamais.

 

Pour ceux qui ne me connaissent pas encore, vous pouvez découvrir mon portrait de voyageuse passionnée 🙂 . J’y partage mon tour du monde !

Pourquoi suis je partie vivre au Japon?

Je suis partie vivre au Japon, à Tokyo précisément pour un semestre universitaire. En effet, j’ai étudié dans une école de commerce avec un parcours international (2 ans à l’étranger). On se demande bien pourquoi j’ai choisi cette école! 😉

Après avoir voyagé au Vietnam, au Cambodge et en Thailande quelques mois avant le choix de ma destination pour ce semestre, çà m’a paru évident que je devais retourner en Asie. Plusieurs options se présentaient à moi: Corée du sud, Malaisie, Chine ou Japon. J’ai vraiment procédé par élimination:
– trop d’étudiants de ma classe partaient en Chine, pas envie de faire partie de la colonie.
– la Corée me disait bien mais c’était tendu à ce moment là avec son voisin du nord, j’y suis donc partie juste en vacance avant de rejoindre Tokyo.
-La Malaisie avec ses plages de rêve mais l’université était mal placée.
Du coup, c’était décidé, je partais au Japon!

PS: Vous pouvez partir au Japon avec un working holiday visa ainsi qu’en Corée du Sud.
Découvrez l’article: Coup de coeur pour la Malaisie

Le visa pour étudier au Japon

carte de résidence

Si vous passez comme moi par votre école vous n’aurez qu’à fournir les documents demandés et l’école se chargera du reste. C’est quand même pratique les partenariats entre universités! Il y a beaucoup de paperasse à rassembler c’est vrai mais bon, comme pour beaucoup de visa.. La Russie juste en visa touriste c’était quelque chose! Il faudra vous rendre à l’ambassade, moi c’était à Paris, pour déposer les documents, payer les frais et revenir les chercher une semaine plus tard environ. Je n’ai eu aucun problème à l’obtenir.

Vous pensez que c’est fini? Mais nope! Une fois sur place vous devez récupérer des documents à l’université pour aller vous faire enregistrer à la « mairie » de votre quartier. Cette démarche vous permettra de récupérer votre carte de résident japonais.

Je tiens juste à vous faire remarquer le point négatif de cela, quand vous êtes considéré comme résident japonais, vous pouvez dire adieu au Japan Rail pass! Ce pass qui permet aux touristes de voyager à moindre coût dans tout le Japon est désormais hors de votre portée et je peux vous dire que vous allez sentir la différence sur le budget.

Mon université japonaise, mes cours au Japon, les profs, les élèves…

Alala c’était quelque chose! Superbe université, immense et moderne avec salle de sport, plusieurs bâtiments, 6 étages avec escalator et ascenseurs… Mais aussi une librairie, un foodtruck, une boutique, une cafétéria,des clim dans toutes les salles, WIFI, vidéoprojecteur, toilettes japonaises bien sur avec un bruit de rivière quand on fait ses petites affaires pour masquer le bruit! lol  Des spectacles de cheerleaders dans le hall, des match de baseball assez particulier mais pas le droit de filmer 🙁 … Je n’en connais toujours pas la raison! Je peux juste vous dire qu’il y avait tellement de danses, de chants et de gestuel pendant le match qu’on était incapable de le regarder. En fait, le baseball est comme un sport national là bas, ils l’adorent et il y a toute une mise en scène autour.

Les japonais sont assez timides en général et ne viennent pas trop parler aux étrangers, c’est aussi le cas à l’université où finalement on est surtout avec d’autres étudiants étrangers pour les cours en anglais. C’est vraiment dommage. Un jour j’ai dit à mes amis français qu’ils fallaient quand même qu’on tente et je suis allée me présenté à 4 japonaises assises autour d’une table. Elles étaient toutes surprises et gênées mais surtout parce que leur anglais était très mauvais. Au final, chacun baragouinant comme ils pouvaient, les français du japonais et eux de l’anglais, on a réussi à avoir une conversation et un cercle d’étudiants japonais s’est formé autour de nous. Ils étaient tous curieux et contents de pouvoir échanger un peu avec nous.

Mes professeurs étaient adorables, vraiment geeeeentils! Ils ont très pointilleux sur les absences par contre donc attention, calculez bien vos heures! La façon d’enseigner est complètement différente, il n’y avait jamais de devoir sur table. Juste des devoirs maison à envoyer par email et des exposés fréquents. La seule matière avec des évaluations systématiques était le cours de japonais. Aaaahhh je suis sure que vous vouliez savoir si je parle japonais! Et bien non, tous mes cours étaient en anglais et j’étudiais le japonais à l’université 2 fois par semaine dans un cours en petit groupe. J’ai déjà tout oublié malheureusement, c’était tellement compliqué! J’avais beau pouvoir sortir quelques expressions, je ne comprenais rien quand on me parlais, çà décourage.

Vivre au japon quand on ne parle pas japonais….

Le problème au Japon quand on ne parle pas japonais c’est qu’on est complètement perdu. Et quand je dis perdu, c’est à tous les niveaux hors certains lieux touristiques. En effet, l’anglais n’est pas vraiment courant la bas comme on pourrait le penser. Il vous faudra l’adresse en japonais quand vous prenez le taxi par exemple. Dans les supermarchés, les étiquettes ne contiennent que des caractères japonais et les emballages sont différents des nôtres. C’est donc compliqué de s’en sortir à part pour les fruits, les légumes et autres produits facilement identifiables avec image.
J’ai pris deux jours à comprendre que le savon pour le corps se trouvait dans l’emballage qui serait du savon liquide pour les vêtements en France. J’ai arrêté d’acheter de la viande car je ne savais pas c’était quelle partie de l’animal. Je ne pouvais même pas demander ce que je recherchais aux vendeurs, ils ne comprenaient rien. Pour connaitre le montant, je regardais sur l’écran et je payais en m’excusant de ne pas parler japonais si on me posait une question. Çà au moins je l’avais retenu!

Quand on ne parle pas japonais, c’est aussi compliqué pour comprendre où acheter son pass de métro mais au moins la machine à l’option anglais, une fois trouvée. C’est évidemment le même problème pour demander votre chemin, prendre des billets de train et je vous raconte même pas la galère si vous voulez demander quelque chose de spécifique au restaurant! Optez plutôt pour des restaurants avec des images sur le menu et pour connaitre la partie de la viande, pointez des parties du corps pour que le serveur vous renseigne.

A savoir absolument quand on va au Japon!

– Ne jamais planter vos baguettes à la verticale dans le bol de riz, ni pointer quelqu’un avec.
– Pour demander l’addition, croisez vos doigts en forme de X.
– Avant de manger, il faut dire: itadakimasu .
– Les bains japonais ou onsen sont incontournables mais sachez qu’on s’y baigne totalement nu .
– Les tatouages ont une mauvaise connotation et vous serez refusé aux onsen si vous en avez des voyants.
– C’est un pays très sûr pour les femmes avec un taux de criminalité proche de zéro.
– Vous devez faire la queue pour rentrer dans les transports en commun et pour prendre l’escalator.
– Pour les fumeurs, sachez qu’il y a des rues où c’est interdit de fumer.
– On traverse toujours sur le passage piéton et quand c’est son tour.
– Toujours tendre les choses et les récupérer à deux mains.
– Ne jamais arriver en retard.
– Il faut retirer ses chaussures pour rentrer dans un temple ou chez quelqu’un.

Et non c’est pas fini !

– On ne mange pas en marchant dans la rue.
– On salue en s’inclinant, j’ai vu des gens se pencher au moins 10 fois à 90°.
– Les amoureux retenez vous! On ne se tient pas la main et on ne s’embrasse pas en public!
– On peut fumer en général dans les restaurants, bars et boîtes de nuit.
– Ne pas se moucher en public, eux ils laissent tout dégouliner sous le fameux masque en papier… Chacun son truc!
– Ne pas téléphoner dans le métro.
– Marcher et prendre les escaliers du bon côté, vous comprendrez sur place ce que je veux dire.
– Pas de décolleté par contre vous pouvez oser la mini mini mini jupe!
– Ne rien jeter dans la rue.
-Ne pas manger en marchant dans la rue.
– On trinque en disant : Kampai! Chinchin veut dire « zizi »! lol
– Ne pas parler fort dans le métro.
– Ne jamais former un cercle avec son pouce pour dire OK.
– Toujours céder la place prioritaire.
– Ne pas donner de pourboire.
– Et le meilleur pour la fin… Sortir ses poubelles le bon jour.

Un vrai problème avec les poubelles à Tokyo!

Si je dis le meilleur pour la fin c’est parce que ce point m’a vraiment soulé! Déjà que j’ai du mal à faire le tri, là je devais faire le tri et penser à descendre les poubelles le bon jour. Et quand on rate le jour en question, il faut attendre la semaine suivante! Je vous dit pas la galère pour moi qui partais souvent le weekend et ratais le coche.

Rédigé par Ely

2 Comments

    • Ely
      Ely Reply

      Merci beaucoup, si tu as des questions ou souhaites que l’on aborde un nouveau sujet, n’hésites pas à nous le demander! A bientôt!

Write A Comment