témoignage working holiday visa

  • – Présente toi en quelques mots

Jordan, 27ans, Coach Sportif / Chargé Evénementiel
Mes centres d’intérêt: Sport – Voyage – Découverte
Je vis en Australie depuis 2 ans.

 

  • -Pourquoi un working holiday visa en Australie?

Après avoir fini mes études et obtenu mon premier contrat sur le marché du travail, j’ai ressenti le besoin de changer d’air. Un pays anglophone me semblait parfait pour obtenir une expérience internationale et une légitimité quand à mon niveau d’anglais. N’ayant aucun certificat de niveau d’anglais pour attester de mes compétences linguistiques, travailler à l’étranger était ma meilleure option. Le choix fut très simple: l’Australie, pays des kangourous est notamment connue pour son orientation sportive, et le surf. Mais un autre élément va confirmer ce choix à savoir la présence de mes 2 meilleurs potes installés sur Melbourne depuis plus de 6mois dont Drew.

  • – Comment as tu organisé ton départ ?

L’organisation de mon départ fut plutôt rapide, il m’a fallut 1 mois pour tout finaliser. J’ai « booké » mon billet d’avion fin mai et fin juin, j’étais dans l’avion direction l’hémisphère sud. Ce mois a été amplement suffisant pour libérer mon appart, vendre et/ou stocker mes effets personnels, obtenir mon visa et quitter Paris.

témoignage working holiday visa

  • -Quelle ville as tu choisi pour ton arrivée et pourquoi?

Idéalement j’aurai voulu commencer mon voyage en atterrissant à Sydney, capitale économique du pays, qui depuis les JO2000 m’avait fait rêver avec sa magique baie et son majestueux Opéra. Cependant avoir ses 2 meilleurs potes déjà installés sur Melbourne constitue un avantage de choix, et contribue aussi bien à rassurer ses proches (et soi même) sur la découverte d’un nouveau monde.

  • – Comment as tu trouvé du travail?

L’Australie étant un pays économiquement bien développé, le cout de la vie se fait donc ressentir. Il faut alors rapidement penser à trouver du travail avant que nos maigres économies partent en fumée. La tentation y est grande entre les sorties en bar/club, le shopping, mais, il faut également prendre en compte les charges indispensables du loyer qui peuvent représenter 30 à 40% du salaire. Pour trouver du travail, il y a l’option internet que tout le monde connait, où les annonces sont actualisées régulièrement. Cependant il sera plus appréciable de se déplacer directement sur les différents lieux où l’on souhaite postuler. Pourquoi? Pour la simple et bonne raison que le contact humain en Australie est primordial. J’en ai d’ailleurs fait l’expérience, armé de mes cv, mon sourire et toute mon énergie, j’ai arpenté les différents centres commerciaux de la ville à la recherche d’un poste de vendeur en magasin. Et 5 CV plus tard je concluais ma matinée avec 2 essais, le premier dans un magasin de sport, le second un magasin de sneakers.

  • -As tu des jobs ou entreprises à conseiller?

Travailler en Working-Holiday offre 2 voix, selon le niveau d’anglais initial. Pour les débutants, la restauration se limitera aux taches à l’arrière de la cuisine (la plonge, commis de cuisine). Les métiers de déménagement ou de construction pour les plus costaud, et également les entreprises de nettoyages ou baby sitting.

Lorsque le niveau d’anglais est meilleur, il y a beaucoup plus d’options qui s’offrent à vous: vente en magasin, serveur/barman, démarchage, livreurs, promoteur d’évènements…

témoignage working holiday visa

  • – As tu eu des craintes ou des problèmes pour ton départ?

Plutôt des craintes, l’hébergement en backpackers (auberge de jeunesse) était une première pour moi. Habitué aux hôtels ou hébergement privatifs, la colocation était une grande première. Et heureusement mes 2 meilleurs potes m’ont été d’un très bon conseil à ce niveau sur le choix du Backpackers. Personnel agréable, service de qualité, propreté des salles communes et des chambres, l’une des meilleures offres sur Melbourne., car il ne faut pas se méprendre pour en avoir essayer d’autres par la suite et dans d’autres villes, on peut très rapidement être déçu pour des prix équivalents.

témoignage working holiday visa

  • – Connaissais tu des gens sur place?

témoignage working holiday visaMis à part mes 2 meilleurs potes, ce fut la découverte totale et le moyen de tisser un nouveau réseau. Mon entourage fut constitué aussi bien d’australiens que de voyageurs comme moi même venus en working holidays ou des étudiants. Mais attention à ne pas tomber dans le piège communautaire, étant dans un pays anglophone, il s’avère souvent dommage de tomber dans la facilité et de se rapprocher de ce que nous connaissons le mieux c’est à dire les personnes qui partagent la même langue, même histoire et culture, dans mon cas la communauté française.

  • -T es tu senti perdu ou seul à un moment de ton voyage?

La transition entre la première et la deuxième année la bas fut un peu difficile. Et en effet c’est à ce moment que je me suis senti seul pour la première fois. Seul, du fait que mes 2 meilleurs potes avaient terminé leur voyage en Australie et tout deux rentrés en Martinique, seul loin de ma famille, seul malgré mon nouveau cercle d’amis. Cette solitude en réalité était beaucoup plus complexe que je ne l’aurai imaginé. C’est à ce moment, que mon désir de rester en Australie s’est concrétisé. La phase d’adaptation et de découverte était finie, il me fallait me fondre à la société australienne. Rester en Australie, était mon nouveau challenge, changer de visa, travailler et vivre comme un australien. Seul face à mon avenir à l’autre bout du monde !

  • -Peux tu nous faire un bilan de ton expérience en Australie?

Après deux ans, sur Melbourne, je reste toujours curieux de découvrir et d’apprendre de ce pays. Nous pouvons peser le pour et le contre, et constater qu’ils sont différents du mode de vie européen bien que nous pouvons y retrouver une grande influence. Les bons côtés qui m’attirent sont la sécurité et la qualité de vie (Melbourne élue ville la plus agréable à vivre au monde). Ces deux qualités vont de paire et que ce soit pour venir visiter ou y habiter, ce constat peut être choquant. Imaginez que vous perdiez votre porte-feuille dans un lieu public, deux heures plus tard vous pouvez revenir au même endroit et retrouvez votre porte-feuille avec 50$ en plus. C’est un peu exagéré mais avec ça vous saisissez l’état d’esprit et de tranquillité de vivre en Australie.

témoignage working holiday visa

  • -As tu quelque chose à rajouter?

Si vous souhaitez venir en Australie, je me ferai un plaisir de vous guider avant et pendant votre séjour sur place.

Découvrez aussi les témoignages working holiday visa en Australie de Drew, Ely et Alex, ainsi que toutes les infos sur les working holiday visas.

Interviewé par Drew

Write A Comment