Que visiter en Normandie?

L’héritage des Vikings, la relation intime avec l’Angleterre, le débarquement du 6 juin 1944… La Normandie occupe une place unique dans la culture française en raison de son illustre passé.

Lorsque César termine son invasion de la Gaule en 51 avant J.-C., la Normandie, comme on l’appelle alors, est habitée par neuf tribus celtes. Alors que les invasions barbares secouent l’empire romain et que la christianisation commence 350 ans plus tard, les réformes de l’empereur Dioclétien dessinent les contours de l’actuelle Normandie, en commençant par la province de la IIe Lyonnaise. Ce territoire tombe entre les mains de Clovis, roi des Francs, au début du sixième siècle, et il y incorpore la Neustrie, qui comprend principalement le nord de la Gaule.

Quel endroit visiter en Normandie ?

Les falaises d’Étretat

Le temps, les tempêtes et une rivière sous-marine ont creusé dans la craie le site naturel le plus remarquable de Normandie : des falaises d’un blanc immaculé aux formes étonnantes sculptées par l’érosion, qui attirent les peintres comme les touristes. L’endroit, sillonné de sentiers de randonnée, convient à tous ceux qui ont besoin de prendre l’air. Un conseil : évitez les ponts au printemps et en été, lorsque les falaises sont surpeuplées.

Honfleur

La première vision est celle de maisons en ardoise se reflétant dans les eaux calmes du Vieux Bassin, comme sur une carte postale. Mais le port d’où partit Samuel de Champlain pour fonder la ville de Québec est bien plus que cela. Honfleur réussit à rester conventionnelle tout en restant profondément ancrée dans son époque, à la fois normande et parisienne, et de plus en plus fréquentée par ses voisins belges et britanniques. Les week-ends et pendant les mois d’été, la ville est aussi animée qu’elle est calme en semaine.

Deauville et Trouville

Deauville la mondaine et Trouville la familiale existent dans leur propre monde, séparés seulement par la chambre des Touques. D’un côté, une station balnéaire construite par des Parisiens célèbres et surnommée le « 21e arrondissement de Paris » ; de l’autre, un port normand découvert par des artistes et popularisé par la mode des bains de mer et des vacances payantes. Tous trouveront satisfaction dans l’une de ces deux options.

Caen

La préfecture du Calvados, indissociable de son Mémorial, vibrant hommage à l’unité, a su se recréer après la Seconde Guerre mondiale. L’ancienne cité industrielle et vaste port de commerce, séduite par ses ruelles, sa place Saint-Sauveur, ses abbayes, est active, étudiante, culturelle. Ils se souviennent de l’histoire de cette ville, qui a connu son âge d’or sous Guillaume le Conquérant, aux côtés d’un centre ville reconstruit après la bataille.

Bayeux

Malgré le passage des années et des armées, Bayeux a su conserver son cachet en étant miraculeusement épargnée par les bombardements de 1944. Ancienne ville phare du duché de Normandie, elle attire les touristes par le décor de ses ruelles, ses vieilles demeures, ses lieux de mémoire de la Seconde Guerre mondiale, mais surtout par sa magnifique tapisserie (en réalité une broderie), longue de 70 mètres, témoignage saisissant de l’histoire normande inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le Mont-Saint Michel

Le Mont-Saint-Michel est un village, une abbaye et un site naturel mêlés dans une harmonie de lieu, des constructions humaines sublimement mises en scène par la nature, un décor qui se développe au gré des mouvements des nuages, des vagues, de la lumière et du sable… Le Mont, l’une des destinations touristiques les plus célèbres de France, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979, est un lieu à apprécier et à protéger, contre vents et marées…

Arromanches les Bains, Beach and remains of the artificial harbo

Les plages du débarquement

Tout d’abord, vous devez savoir qu’il y a cinq plages de débarquement en Normandie que vous pouvez voir. Plusieurs batailles importantes ont eu lieu sur ces plages pendant la Seconde Guerre mondiale. Elles ont des points de repère, des sites historiques et des musées qui partagent certaines de ces histoires incroyables. Par conséquent, chaque année, de nombreuses familles et touristes du monde entier prévoient une expédition en Normandie pour s’y promener.

Les plages du débarquement sont l’une des destinations touristiques les plus populaires au monde. On y trouve des lieux au passé unique, celui de la Seconde Guerre mondiale. Alors, si l’histoire vous intéresse et que vous souhaitez vous promener en Normandie, voici ce qu’il faut savoir sur les plages du Débarquement.

La Suisse Normande

Si le nom fait rire, la Normandie compte plusieurs montagnes, ou plutôt des reliefs de 300 mètres de haut dessinés par les Gorges de l’Orne. Vous serez accueilli par des vues spectaculaires et des expériences de plein air qui n’ont rien à envier à celles des Alpes. La Roche d’Otre et les Rochers des Parcs en sont deux exemples.

Comment venir en Normandie ?

La Normandie est facilement accessible, que ce soit en véhicule, en train (via les gares de Rouen et du Havre), ou en avion (via l’aéroport de Caen-Carpiquet). Toutes les compagnies de bus proposent également des voyages très abordables vers la Normandie depuis différentes villes de France.

Comment venir en Normandie par la route

Le moyen le plus rapide de se rendre en Normandie est de passer par Paris. Deux autoroutes partent de la capitale : la plus longue, l’autoroute de Normandie, ou A 13, passe par Rouen avant de bifurquer vers Caen. Vous pouvez également emprunter un segment à péage à partir de La Défense (A 14), qui se raccorde à l’A 13 à Orgeval, pour éviter les embouteillages en quittant Paris.

Prendre une partie de la N 175 pour rejoindre l’A 84, qui mène à Avranches, pour se rendre au Mont-Saint-Michel.

Comment venir en Normandie par le train

Aller en Normandie au départ de Paris :
• Au départ de Paris Saint-Lazare : Rouen, Le Havre, Dieppe, Fécamp, Evreux, Bernay, Lisieux, Deauville, Caen, Bayeux, Cherbourg, Honfleur, Etretat, Plages du débarquement et Giverny
• Au départ de la gare Montparnasse (Paris) : Alençon, Bagnoles de l’Orne, Argentan, Granville, Le Mont-Saint-Michel.

Laisser un commentaire